Préparer sa transformation en CHU est la priorité du CHR d’Orléans

capture-decran-2016-12-02-a-16-10-06Publié le 12/08/2022 par Perrine Debacker
Article Hospimedia

La transformation du CHR d’Orléans en CHU se dessine avec l’avancée des travaux menés par un comité de pilotage de la transformation et trois commissions. Celui-ci ne prend en revanche pas part au projet de faculté privée en lien avec Zagreb.

En mars est paru le rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) et de l’Inspection générale de l’éducation, du sport et de la recherche (IGESR) qui confirme la création d’une faculté de médecine à Orléans (Loiret) et la transformation du CHR en CHU d’ici 2025. Depuis, le CHR d’Orléans est pleinement engagé avec l’université orléanaise dans ce projet, comme il l’indique dans un communiqué diffusé le 11 août. Faisant suite au rapport Igas-IGESR, un comité de pilotage de la transformation a été mis en place, ainsi que trois commissions : organisation des soins et développement des spécialités ; enseignement-pédagogie-universitarisation ; et recherche.

105 étudiants en Pass dès septembre

Les travaux de ces groupes sont placés sous la supervision d’une mission d’appui hospitalo-universitaire, précise le CHR. Celle-ci est composée du Pr Michel Mondain, ancien doyen de la faculté de médecine de Montpellier (Hérault), et de Daniel Moinard, ancien directeur général des Hospices civils de Lyon (Rhône). Les travaux sont menés avec l’aide et le soutien du Pr Patrice Diot, doyen de la faculté de médecine et du CHU de Tours (Indre-et-Loire). Un point d’étape de cette transformation en CHU a été réalisée le 29 juillet en présence des différents acteurs institutionnels. Celui-ci « a pu mettre en évidence l’avancée très significative des travaux sur les différentes dimensions hospitalo-universitaires« , souligne l’établissement. Sur la partie enseignement, 105 étudiants en parcours accès santé spécifique (Pass) seront accueillis à Orléans dès septembre 2022. Le programme des enseignements en deuxième année des études de médecine (DFGSM 2) à compter de septembre 2023 est quant à lui presque finalisé.

Par ailleurs, les perspectives de coopération avec le CHU de Tours ont été définies pour le développement de spécialités de recours. Enfin sur la recherche, les collaborations entre Tours et Orléans doivent se développer et s’intensifier. Une réflexion est engagée sur la création d’un laboratoire de recherche en santé à l’université d’Orléans. Le CHR se félicite que la création du département hospitalo-universitaire orléanais soit dorénavant « engagée et sécurisée » par le soutien de la mission d’appui et l’engagement du doyen Patrice Diot. Le CHU et l’université s’accordaient en effet à dire qu’une logique de concurrence avec le futur CHU serait contre-productive. En développant la formation médicale sur un deuxième site universitaire en région Centre-Val de Loire, le nouveau CHU permettra l’augmentation du nombre de médecins formés.

Pas de participation au projet de faculté lié à Zagreb

Le CHR précise toutefois qu’il n’est pas partie prenante d’un deuxième projet en cours, projet controversé de formation d’étudiants en médecine orléanais par la faculté de médecine de Zagreb (Croatie). Sur son site internet, la métropole indique que quinze premiers étudiants seront accueillis en septembre. La formation, dispensée par la faculté Medical studies in english (MSE), débutera en distanciel à l’incubateur de start-up Lab’O, et se poursuivra en février à Zagreb. Les étudiants pourront bénéficier, en complément, de cours de soutien et de stages à Orléans dispensés par l’association Loire&Orléans en santé, créée par la municipalité. « Chaque étudiant aura un tuteur français et un tuteur de la faculté de médecine de Zagreb« , précise la métropole d’Orléans. La formation coûte 12 000 euros par an, des frais d’inscription pouvant être financés à 75% par une bourse proposée par la ville et le département du Loiret.

Contenu en relation